Le bonsaï est un art à multiple facette. C'est en autre chose dû à la multitude des espèces d'arbre utilisables en bonsaï. J'affectionne particulièrement les feuillus mais les arbres fruitiers ne doivent pas non plus être oubliés . Et comme on dit, ils ne comptent pas pour des prunes...

Des feuilles, oui mais avec des fruits c'est encore mieux 😉

La difficulté des fruitiers tient principalement dans l'obtention des dits-fruits et c'est d'autant plus vrai pour l'espèce dont je vais vous parler aujourd'hui. Il s'agit d'un houx caduc, l'ilex serrata.

Ilex serrata, ses atouts, ses points forts

Ecorce d'Ilex serrata

Ecorce d'Ilex serrata

Ne pas confondre l'ilex crenata et l'ilex serrata. Le premier est persistant et est utilisé comme arbre en nuage ou en bonsaï. Le second qui nous intéresse ici est comme dit plus haut caduque. Ses atouts? L'ilex serrata possède une très belle écorce grise qui devient argentée avec l'âge et qui contraste à merveille avec le rouge brillant des baies en hiver. Les feuilles finement dentelée commencent à pousser de couleur pourpre puis passent au vert lorsque la saison et la pousse avancent. Cette espèce d'arbre est très prisée au Japon par les amateurs de bonsai car elle possède ces qualités qui font un beau bonsai : une belle écorce, une bonne ramification et un attrait particulier et saisonnier (ici, ces fruits rouges écarlates).

Fleur femelle d'un Ilex serrata

L'ilex serrata est dioïque et nécessite donc un plant de chaque sexe afin d'être sûr d'obtenir des fruits. Pour les bonsaï-ka européens, il est extrèmement difficile de se procurer un exemplaire mâle et de s'assurer l'obtention de belles baies rouges à partir de novembre sur les branches de son bonsaï. On ne peut malheureusement pas se servir d'un mâle d'une autre espèce d'ilex pour féconder les fleurs de l'ilex serrata. Il faut impérativement un plant mâle et un plant femelle "serrata". Sauf exception, tous les ilex serrata vendu en bonsai en France et en Europe sont des femelles. Traditionnellement, on ne fait pas de bonsai avec l'ilex mâle : il ne sert qu'à la pollinisation. Le but est d'obtenir un bonsai attractif l'hiver avec ses fruits rouges vifs.  

Les points faibles de l'ilex en bonsaï

Cette espèce est particulièrement adaptée à la culture en bonsaï pourtant elle présente quelques points difficiles. La plus grande contrainte est sans doute de parvenir à faire cicatriser correctement les larges plaies provoquées par les coupes des grosses branches laissées grandir de nombreuses années en pleine terre en vue d'obtenir un gros tronc. Un rempotage annuel lorsque la plante est encore en formation est nécessaire. Les racines sont très fines et se développent rapidement et en grand nombre. Attention, au gel également qui peut endommager l'arbre : tant au niveau des racines que de la ramification. Une protection est nécessaire soit en serre froide soit en protégeant bien le pot et en ajoutant un voile d'hivernage. Mais cela dépend où vous vous trouvez, dans quelle zone de rusticité. Pour ma part, je le protège de la même manière qu'un acer buergerianum (un tout peu plus de précaution mais à peine). Il ne faut pas qu'il sèche trop en hiver surtout en fin d'hiver car les bourgeons de ce houx sont parmi les premiers à démarrer. Qu'est ce qu'une zone de rusticité ? Comment déterminer dans quelle zone de rusticité (usda) je me trouve ?

Comment entretenir et cultiver les ilex en bonsaï ?

La culture des ilex est assez aisée. Cette espèce aime l'eau et vous ferra vite savoir qu'elle en manque en laissant ces feuilles et ces branches pendre lamentablement. Les ilex supportent bien le soleil tant qu'ils ont de l'eau. Les racines de l'ilex caduque sont très fines et très ramifiées. sur de jeunes sujets en pleine croissance, un rempotage tous les ans est nécessaire (à ajuster selon la pousse de votre arbre). Ce houx réagit très bien à la taille et se ramifie assez facilement. La ligature des fines branches est possible au fur et à mesure de la pousse mais attention les branches (surtout si elles sont plus grosses) restent extrêmement cassantes. Lorsque votre arbre est en cours de formation, il est conseillé de supprimer les fleurs pour ne pas fatiguer l'arbre et que toute son énergie soit orientée vers la formation des branches principales et de la ramification. Si vous parvenez à avoir des baies, n'oubliez pas de protéger votre arbre à l'automne et pendant l'hiver sinon elles feront le régal des merles et autres petits passereaux en quête de nourriture.