L'exposition de bonsai chez Crespi Bonsaï a fermé ces portes, il y a quelques heures et nous avons encore en tête tous ces arbres que nous avons pu admirer à notre guise pendant ces deux jours et demi que ce soit dans l’exposition ou l’espace vente.

Boutique des bonsaï d'extérieur

Quel week-end !

Un week-end bonsai comme on les aime : de beaux arbres, des rencontres, des discussions (pas toujours facile quand on ne parle pas la même langue mais qu'importe on échange), etc. Un peu plus loin émerge d'une étendu de gravier des roches japonaises somptueuses, vertes lignées de blanc qui nous transportent à des milliers de kilomètres en Orient au Jardin Sec du Temple de Ryōan-ji. Un mur aux douces couleurs ocres encadrent ce jardin zen qui semble méditer sans être perturber par les visiteurs qui envahissent les allées.

Vue rapprochée sur le jardin zen

Un grand chapiteau a été monté afin d'accueillir l'exposition des arbres, des suiseki et du concours de poterie. Un second barnum, plus petit, abrite quant à lui des démonstrations : arts martiaux, réalisation de penjing et mise en forme d'arbres souflés par le vent, etc. s'enchaînent tout au long du week-end. Juste à coté, après quelques lanternes de pierre, de grandes serres nous ouvrent leurs portes. A perte de vue des bonsaï de pins, juniperus et érables, mais aussi beaucoup d'espèces dites d'intérieure. Chez Crespi Bonsai, on trouve également de nombreuses variétés traitées en bonsai que l'on ne trouve pas facilement en Europe (Ilex serrata, Jujubier, et pleins d'autres dont je n'ai pas retenu le nom). Plus loin, un espace restauration côtoie des arbres taillés en nuage et des azalées taillées en boule de plus de 2m d'envergure qui attendent dans leur pot un jardin pour les accueillir.

Crespi Bonsai Cup 2012, une bonne année

L'exposition est de très bonne qualité : les arbres sont propres, la présentation impeccable (shitakusa, tablette et toute la panoplie), le lieu bien étudié (sans doute pas assez de lumière dans la première allée consacrée aux bonsai).

Salle d'exposition des Bonsaï lors de la Crespi Bonsai Cup

Beaucoup de yamadori, beaucoup de conifères et très peu de feuillus, quelques arbres déjà rencontrés, d'autres qui commencent leur carrière sous les projecteurs… Un style que l’on pourrait qualifier d’Italien se retrouve dans beaucoup d’arbres : des branches poussant d'un côté ramenées de l'autre côté, des tortillons pour raccourcir de petites branches, des gros troncs avec un casque de feuillage (compacter, compacter qu'ils disaient), etc. Ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Certains arbres semblaient très peu travailler, en tout cas travailler depuis peu de temps et malgré l’âge affiché par le tronc, n’inspirait pas la vieillesse et la sagesse des arbres en pot japonais. Un peu de mochi komi avant d'exposer, ça peut faire du bien aussi ... De beaux arbres malgré tout, certains dont jnous reparlerons d'ici peu.  

Sentir les arbres dans son coeur et mieux les comprendre

Travail d'un juniperus chinensis par Takeo Kawabe

Le feuillage et la ramification manquent parfois de finesse mais surtout de transparence. Quant on regarde les arbres dans la nature (surtout les vieux arbres), la canopée ne forme pas une masse compacte et impénétrable. Au contraire, les branches s’épanouissent et laissent entrer le soleil. On doit deviner à travers les feuilles, la ramure et par là, la vie de l’arbre. Cette vie que l’arbre a mené pour en arriver jusqu’ici, jusque devant nous avec sa forme qui lui est propre. Pour reprendre les mots du maître japonais, Takeo Kawabe :
« En ouvrant son cœur à l’arbre, en se laissant pénétrer de chaque détail, on parvient à comprendre le vécu de l’arbre et l’on sait, ainsi, comme le mettre en valeur ».
  Cette exposition comportait également une large sélection de suiseki mais j'avoue ne pas avoir passé beaucoup de temps à les regarder et je n'ai d'ailleurs que très peu de photo de cette partie. Les shohin étaient à proximité des suiseki mais n'avait pas de fond uni ce qui ne facilitait pas les prises de vue.  

Une compétition de potiers bonsai

Exposition des pots en compétition pour la Crespi Pot Cup

Environ une quinzaine de participants, s'était inscrit à la Crespi Pot Cup. Cette année, il fallait non seulement présenter un pot original mais également y avoir planter un arbre (un bonsai) ou une plante d'accompagnement. A mon avis, cela rend la tâche bien plus difficile pour l'exposant mais également pour les observateurs (visiteurs ou juges). En effet, on peut facilement être géné ou happer par la plante et ne plus regarder le pot. Et cela même si le pot est la pièce principale et que les poteries présentées attiraient l'oeil. Par ailleurs, la plante pouvait nuire à l'ensemble et dévaloriser la création artistique purement céramique. A voir si les organisateurs réitèrent dans deux ans cette règle pour la Crespi Bonsai Cup.  
Cascade du jardin japonisant chez Crespi Bonsai

Cascade du jardin japonisant chez Crespi Bonsai

Le cru 2012 de la Crespi Bonsai Cup fut excellent et je ne regrette pas le voyage loin de là. Aujourd'hui, je ne dirais pas non pour y retourner lors de la 11ème édition en 2014. En espérant vous croiser dans les allées de ce beau jardin japonais ou parmi les solitaires de la boutique...       A voir sur le web : >> Crespi Bonsai Cup >> Galerie photo des arbres de la Crespi Bonsai Cup 2012 par Nicola Crivelli