C’est la période qui veut ça. Chacun y va de ses bons vœux et de ses bonnes résolutions pour la nouvelle année qui commence. Même les bonsaïka ont le droit de prendre de bonnes résolutions. En 2015, j’ai choisi de fumer plus !

Ne vous y méprenez pas, je ne suis pas un aficionados de la cigarette mais des bonsaïs, OUI. Si je parle de fumer ce sont donc les bonsaïs que je veux fumer. C’est-à-dire leur donner à manger, les fournir en engrais, en fumure.

Nos petits arbres en pot ont des besoins qu’il nous faut satisfaire si l’on veut qu’ils poussent bien et qu’ils restent en bonne santé.

Ces deux dernières années, j’ai moins pris le temps d’engraisser mes bonsaï et je voudrais cette année inverser la tendance.

Voilà comment je fonctionnais jusqu’à maintenant. J’utilisais selon le degré d’avancement des bonsaï plusieurs types d’engrais.

Engrais sous différentes formes : liquide, granulés et boulettesBioGold

Le biogold est un engrais solide japonais de grande qualité que je réserve aux arbres les plus avancés. Le biogold se présente sous forme de petits cônes triangulaires qui ont l’avantage de ne pas rouler lorsqu’on arrose. De plus, ils ne sentent pas mauvais et n’attirent ni les limaces ni les chiens.

Granulés de jardinerie

Les granulés d’engrais organique que l’on peut trouver assez facilement en jardinerie ou même en grande surface ont le gros avantage d’être à un bien meilleur prix. Je les utilise donc largement (beaucoup et pour tout le monde). Ils ont l’inconvénient de se déliter très rapidement et de colmater le substrat (il perd son côté drainant). Certains granulés forment rapidement une croûte en surface : à éviter absolument !
Selon les marques l’odeur est plus ou moins forte et plus ou moins supportable. J’ai eu la bonne surprise d’en trouver un à base de reste de cacao qui lui sentait plutôt bon…

Engrais liquide organique

De l’engrais liquide organique de différentes origines me permet de compléter le tableau en apportant à l’un ou l’autre de mes arbres un complément et sans doute plus immédiatement des éléments qu’ils n’auraient pas déjà.

L’engrais sous forme liquide est également très pratique pour les kusamono ou tous les arbres de petites tailles.
Par contre, préparer des litres et des litres de solutions, arrosoir après arrosoir, est vite rébarbatif surtout quand l’odeur n’est pas agréable, ce qui est aussi le cas de pas mal d’engrais liquides.

Ce que je vais faire cette année pour engraisser mes arbres

J’ai décidé de miser un peu plus sur l’engrais liquide en tentant de résoudre les inconvénients de cette solution.
La préparation longue et fastidieuse arrosoir après arrosoir sera remplacé par la préparation en une fois du mélange prêt à l’emploi.
En pratique, je vais utiliser une grande cuve (une poubelle de 80 l.) dans laquelle je verse la quantité d’eau adéquate et je rajoute la quantité d’engrais liquide organique nécessaire selon les préconisations du fabricant. Bien mélanger et c’est parti !
Arroser à l’arrosoir, cela reste possible en plongeant l’outil dans la cuve mais on s’en met vite partout quand même. J’ai voulu aller plus loin et j’ai opté pour une pompe immergée reliée à un tuyau et au bout de ce tuyau une pomme d’arrosage. Beaucoup plus simple comme système.
Choisir une pompe auto-amorçable, c’est encore mieux et tout relier avec des embouts rapide type Gardena plus facile.

Comme vous le savez, il est préférable de mettre l’engrais sur un sol humide. J’ai donc programmé une arrosage rapide par pulvérisation, quelques minutes avant l’heure de mon arrosage manuel afin que le sol soit prêt à accueillir la fumure liquide.

Je verrai si je dilue un peu plus l’engrais pour pouvoir augmenter la cadence. Le reste du temps, j’arrose à l’eau claire.

Mon projet est encore à affiner alors n’hésitez pas à me faire part de vos réalisations, de vos idées ou de simples remarques.
Merci pour votre aide qui est toujours appréciée..0..

Articles recommandés

2 commentaire

  1. Emmanuel says:

    Merci pour ton site, toujours très agréable à lire,
    Bon, vivant à Boulogne près de Paris, et n’ayant que mon balcon à arroser, je me suis pas encore lancé dans la poubelle de 80 litres…. Mais, je vois deux soucis potentiels:
    – le dépôt à force, de nombreux cristaux dans ton recipient ou pire, dans les différents organes de ton installation. Cela ne m’avait pas frappé mais j’ai fini par le constater sur des petits pulvérisateurs que j’ai dédiés à une fonction particulière, ou un produit (huile de neem, insecticide, engrais, etc). Le risque étant le dépôt qui bouche les pores et le contrôle de tes dosages, toujours  »contaminés » par les précédents car tu ne vas pas tout rincer et purger à chaque fois
    – j’en avais un peu marre d’arroser avec mon petit arrosoir en cuivre d’un litre, puis de vaporiser. C’était long, les bouteilles d’eau que je laisse dehors pour les déchlorer, verdissaient toutes ; j’ai donc choisi de ne travailler quasiment plus qu’avec un pulverisateur floraly 7 berthoud de 5 litres. J’ai encore un eu d’algues mais moins car c’est fermé. J’ai gagné presque 5 à 7 minutes par jour, et mes plantes sont mieux vaporisées. Je complète avec un peu d’arrosage quand même, une fois de temps en temps pour etre sûr de bien tremper tout le substrat, car je me suis fait un peu avoir par l’aspect terre mouillée au départ et ai eu quelques  »roussissures » d’alerte ( faut dire que javais commencé juste avant cet étrange mois de Mai très chaud). Je dilue mes engrais et n’ai pas encore eu de soucis. Nota : les granules, je les dilue aussi maintenant en fait pour éviter les croûtes et brûlures de racine.
    Voilà, au plaisir de te lire. Bon arrosage. Emmanuel

    1. Merci pour ton commentaire Emmanuel.
      Ta remarque est pertinente sur le dépôt potentiel de restes d’engrais. Pour palier l’encrassement j’ai prévu de faire, le lendemain, un arrosage à l’eau claire avec la même installation. C’est à dire en remplissant mon réservoir d’eau et d’arroser à la pomme d’arrosage avec la pompe dans la petite cuve.
      Pour l’arrosage de tes bonsaï, je te conseille tout de même d’arroser régulièrement à l’arrosoir et non pas uniquement avec le pulvérisateur. Avec un arrosoir la quantité d’eau qui s’écoule des pots permet de renouveler l’air entre les grains de substrats, Tu peux également bassiner ton arbre, c’est à dire arroser le feuillage à l’arrosoir (pour faire simple). La pulvérisation humidifie seulement.

      En tout cas merci de ton retour d’expérience et notamment l’astuce de diluer les granulés pour transformer un engrais organique solide en liquide 😉

Laisser un commentaire