Chacun aura remarqué sur les dernières publicités parues dans les magazines bonsai pour l'exposition du Noelanders Trophy, ce picto avec un appareil photo barré. La signification de cette image est assez évidente : les photos ne sont pas autorisées lors de la prochaine édition du Noelanders Trophy 2014, les 18 et 19 janvier.

Pourquoi interdire les photos ?

Lorsque les organisateurs d'une exposition de bonsaï décident d'interdire les photographies, on pense souvent que c'est par pur mercantilisme. En effet, ce sont les expositions qui commercialisent un livre des bonsai exposés pendant leur événement qui la plupart du temps choisissent de ne pas permettre aux amateurs de prendre leurs propres photos des bonsaïs exposés. Peut-être la peur d'une concurrence et par conséquent d'une baisse des ventes du livre ?

Pour favoriser la vente du livre de l'exposition

Une autre raison est peut être à l'origine de cette interdiction. Si, ces dernières années, vous avez arpenté les allées d'une grande exposition de bonsai, vous avez certainement été confronté aux allées difficilement praticables et à l'abondance de photographes amateurs.

Pour faciliter la circulation des visiteurs

Chaque année, les photographes se multiplient. Et il est de moins en moins évident de se faire une place entre les trépieds qui bloquent les allées. Dans une grande exposition, telle que le Noelanders, il y a foule et les photographes n'aident pas à fluidifier la circulation. On bloque la circulation en attendant patiemment que la photo soit prise puis il faut enjamber le trépied pour se frayer un passage. Il est aussi un peu plus difficile de voir les arbres exposés. Pour autant cette interdiction, n'est-elle pas contre productive ? Bon nombre d'amateurs viennent en effet en exposition pour voir des arbres de qualité et pouvoir les admirer et les étudier chez eux avec les photos qu'ils auront pris ou bien pour diffuser les photos des arbres sur les blogs, les pages FaceBook et autre Instagram.

Comment ça se passe ailleurs ?

La tendance est pourtant à favoriser la communication virale en multipliant les reportages amateurs. Les blogueurs et les forums se faisant facilement le relais des expositions en publiant largement les photos de tous les arbres. Et au Japon ? C'est l'inverse qui a lieu : lors de grande exposition telle la dernière Taïken-ten qui a eu lieu à Kyoto en novembre dernier, les photos sont désormais autorisées.

Quelle alternative ?

Les organisateurs d'exposition de bonsaï pourrait proposer des horaires pendant lesquelles les photographies sont autorisées, ou bien distribuer des accréditations (en nombre limité et sur demande) comme c'est sûrement le cas pour les magazines Bonsaï que l'on connaît bien. Et vous qu'en pensez-vous ? Pour ou contre les photos lors des expositions de bonsaï ? Quelle solution pourrait-on envisager ?