Shitakusa ou kusamono : quel terme utiliser ?

Shitakusa / Kusamono : ces deux mots sont d'origine japonaise et d'aucuns diront qu'il ne sied pas à nous autres français d'utiliser ces termes étrangers...
Du coup, certains préfèrent dirent plantes d'accent.
Si un terme précis existe je préfère l'utiliser sans faire de chichi. Je ne suis pas là pour impressioner ou faire de la gaudriole mais simplement utiliser le terme à bon
escient.

Les plantes d'accent

En effet, les shitakusa ont bien leur traduction française avec l'expression "plante d'accent" ou "plante d'accompagnement". A contrario, ce n'est par véritablement le cas
pour kusamono. Ce terme de kusamono est, de plus, souvent utilisé à tort pour désigner les plantes d'accent.

On s'embrouille, on s'embrouille...

Le shitakusa accompagne le bonsaï en exposition. Il met l'accent sur la saison, le lieu, le moment... Tandis que le kusamono se paie le luxe de venir seul et de piquer la
vedette aux bonsaï en s'affichant, indépendant, dans son alcôve, comme l'aurait d'ailleurs fait n'importe quel bonsaï un peu frimeur ou un suiseki au coeur de pierre.
Le terme kusamono pourrait donc se traduire par l'expression un bonsaï d'herbe.
Le mot kusamono est composé de kusa, l'herbe et de mono, la chose. Cette chose d'herbe qui a autant d'importance qu'un bonsaï s'expose toute seule alors que le shita (en-dessous)
kusa (herbe), n'est qu'un accessoire.

Pour faire simple

Le kusamono est un shitakusa qui a réussi.

This entry was posted in Kusamono and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a reply